BIOLTROP

BIOLTROP : MISE EN PLACE D’UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MÉDICALE AUTONOME DANS UN PAYS EN DÉVELOPPEMENT

>>Comité de gestion villageois

5 juillet 2007
Auteur(s) : 

Niveau de mise à jour : 3

Relecture / Mise sous Spip : 18/07/07. Y. Gille.

Lors du découpage sanitaire en districts, chaque district est découpé en "aires de santé" comprenant 10 à 15 000 personnes. Le centre de santé (dispensaire, hospitalisation, maternité, pharmacie et laboratoire) sont gérés par le comité de gestion. Ce comité est la clef de voûte de la pérennité d’une mission effectuée dans un dispensaire :

  • Gestion financière (trésorier s’appuyant éventuellement sur un caissier)
  • Gestion générale et planification des activités de prévention
  • Contrôle de la gestion (commissaire aux comptes)
  • humains et socio-éthniques (primordiaux dans certains pays)

Généralités :

Le comité de gestion villageois d’un centre de santé est généralement élu au suffrage universel pour 4 ans, officiellement non renouvelable (non valable lorsque le nombre de lettrés de l’aire de santé est insuffisant), et composé de membres issus strictement de l’aire de santé. Il y a souvent beaucoup d’enseignants dans les comités de gestion.
Il est composé d’un président, d’un vice président, d’un trésorier, un secrétaire, un ou deux commissaire aux comptes et un responsable de l’information (diffusion des décisions à tous les villages de l’aire de santé). Il peut être épaulé par un caissier qui par contre n’est pas membre mais employé de la formation sanitaire.
L’infirmier responsable du centre est obligatoirement membre du comité.
Le comité dispose généralement d’un coffre et d’un compte en banque (avantages du chéquier).

Renseignements pris lors de l’évaluation :

Lorsque le comité existe, il faut mesurer tout d’abord son niveau de formation :

  • Présence d’une ou plusieurs formations antérieures
  • Présence d’outils de gestion
  • Présence de rentrées d’argent, d’un compte bancaire.
  • Présence d’activités préventives

Lorsque le comité de gestion n’existe pas, il faut conseiller aux autorités de procéder à une élection. Lorsque ce n’est pas possible, il faut trouver en plus de l’infirmier 2 ou 3 personnes hors dispensaire pouvant l’épauler dans les premiers temps (fonctionnaires, enseignants…).

Conditions impératives :

Le trésorier doit être présent tous les soirs au dispensaire pour collecter les fonds de la journée et les placer au coffre. Il dépose ensuite l’argent à la banque lorsque le contenu du coffre dépasse une certaine somme. Le président est la seule personne qui peut ne pas être lettrée si elle a l’aura suffisante et la motivation nécessaire.
Le comité doit se réunir au minimum une fois par mois pour faire les bilans moraux et financiers du mois écoulé ainsi que pour prévoir le mois à venir.

Outils de gestion nécessaires :

Se reporter aux £outils de gestion de la formation sanitaire

Formation proprement dite :

  • Rappel des principes de l’Initiative de Bamako
  • Organisation générale d’une formation sanitaire
  • Buts et principes du recouvrement des coûts
  • Utilisation des outils de gestion, élaboration d’un budget prévisionnel.
  • Utilisation des fonds générés : équipement, assainissement de l’eau, préventions, lutte contre les vecteurs, promotion des campagnes de vaccination nationales et internationales…
  • Rôle moral du comité de gestion vis à vis des habitants de l’aire de santé, responsabilisation du personnel.

.


P.-S.

Relecture/Mise sous Spip Y. Gille 04/07/07

 En Haut |  Bioltrop © BIOLTROP | http://www.bioltrop.fr |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna